< retour

Chenevelles - Vitraux de l'église

L'église Saint-Remy de Chenevelles est classée Monument Historique depuis 1922 pour son portail et son clocher. Elle date du XIIème siècle pour la partie la plus ancienne, mais a connu plusieurs remaniements jusqu'au XIX° siècle.

Elle compte un total de 16 baies, dont 2 baies ouvrant sur l’intérieur de la sacristie. Dans la nef et le transept, 9 vitraux ont en verre neutre à carreaux losangés. Tous les vitraux datés ont été posés en

                                                        1876. Ils proviennent de l’atelier Fournier et Clément

Le chœur

 

 

Dans la baie d’axe, un vitrail à grand personnage : le Sacré-Cœur avec la légende : « Voici ce cœur qui a tant aimé les hommes ». Il provient de l’atelier Fournier et Clément à Tours, et est daté de 1876.

 

Le donateur est mentionné : « Donné par Mr. D’Argence Maire 1876 ». Armand Louis d’Argence (1801-1884) a été  substitut du procureur du roi à Poitiers, maire de Chenevelles, et membre du Conseil Général du Canton de Pleumartin de 1845 à 1851.

Dans le chœur, deux autres vitraux à grand personnage :   

- saint Rémy (baie 1) patron de l’église de Chenevelles, représenté en évêque avec mitre, crosse et crucifix. Ce vitrail porte  la mention « Laglaine curé de Chenevelle année 1876 ». M. Laglaine a desservi la paroisse pendant 55 ans, de 1847 à 1901.

- saint Joseph (baie 2) , avec son attribut traditionnel, un lys. Le donateur : « René d’Argence année 1876 »

Le transept

Dans le transept (baie 5), un vitrail représente Marie : « Sancta Mater Déi ». Elle porte son enfant sur le bras gauche, et tient dans sa main droite un sceptre à fleur de lys. Il  été offert par « Mme Eugène d’Argence née Morthemer 1876 ».

 

Dans l'autre transept (baie 10), le vitrail représente saint Roch  avec son chien, la marque de la peste sur la jambe, et les attributs du pèlerin et les habits : le bâton, la besace, le chaperon sur les épaules décoré de la coquille, un chapeau à bords rabattus. L’état de conservation est très bon, car le vitrail est entièrement à l’intérieur : la baie donne sur la sacristie. Il a  été donné par Mr et Mme d’Arboval 1876. Marie Hurtrel d’Arboval est la fille d’Armand Louis d’Argence.

 

 

Dans chœur, deux autres baies (3 et 6) en vis-à-vis, avec des vitraux ornementaux, sans indication de nom d’atelier. Le filet du bas indique : «Laglaine curé de Chenevelle Tours 1876 ». La baie 6 donne sur la sacristie.

La nef

Tous les autres vitraux sont en verre neutre, à carreaux losangés et filet bleu.

Un vitrail du transept (baie 12) a été restauré en 1995 par GG Monthoiron. Le filet est jaune.

 

Les donateurs

Les vitraux ont été donnés par différents membres de la famille D'ARGENCE.

Armand Louis D'ARGENCE (1801-1884), propriétaire de Londière, maire de Chenevelles, ancien substitut du procureur du roi à Poitiers, démissionnaire au mois d'Aout 1830, et membre du Conseil Général du Canton de Pleumartin de 1845 à 1851.